La sophrologie, du corps à la performance

Focus Consultants > Bien-être > La sophrologie, du corps à la performance
La sophrologie, du corps à la performance

Quand on parle de sophrologie, on pense souvent respiration, calme, bien-être, ne rien faire… hors la sophrologie dynamique est plus qu’un outil de relaxation. C’est un travail en profondeur sur soi qui allie des exercices de respiration, d’imagerie, de mouvement afin d’améliorer sa performance par le biais d’une écoute lucide de soi-même.

En Sophrologie, on peut travailler sur les sensations corporelles, sur les émotions, sur la capacité à se transcender mais aujourd’hui j’aimerais évoquer dans cet article le travail de ressenti de notre corps par la sophrologie.

Qui dit sport, dit technique, qui dit technique dit corps

Dans chaque mouvement réalisé, il y a une technique acquise ou en cours d’acquisition. Le sport n’est donc que l’addition de mouvements réalisés dans un timing précis en fonction d’une situation donnée.

Hors les informations venant du corps sont souvent délaissées au bénéfice des informations venant du cerveau. Cependant, un geste, un mouvement a lieu dans le corps et non dans le cerveau. Apprendre à améliorer sa lecture du corps, c’est apprendre à améliorer son geste et ceci passe par le ressenti.

Qu’est ce que je sens dans mon corps lorsque je fais ce geste, aujourd’hui ? C’est ce sur quoi on travaille en sophrologie, c’est ce que l’on peut appeler la Corporalisation. Plus la sensation de base est perçue grossièrement, plus on apportera une réponse grossière. En revanche, le travail de corporalisation va nous permettre d’être plus précis dans nos réglages corporels pour la réalisation d’une technique. Hors qu’est ce que le sport de haut niveau si ce n’est une recherche de technicité pointue ?

Les fondamentaux de la Sophrologie

La sophrologie améliore son niveau de conscience en soi

Le but de la sophrologie est d’améliorer son niveau de conscience sur soi, sur sa vie et sur les autres. En bref, de retrouver de la lucidité et de la profondeur.

Pour cela, la pratique de la sophrologie s’appuie sur des principes tel que la phénoménologie, le corps comme réalité, la pensée positive, l’instant présent. Ces principes permettent d’instaurer un cadre de travail sur lequel on peut s’appuyer pour réaliser les exercices de sophrologie de respiration, de mouvement, d’imagerie notamment.

La phénoménologie est un courant de pensée philosophique basée sur la conscience des faits vécus mis en avant par Edmund Husserl. L’idée défendue est qu’il faut le retour à la réalité concrète, savoir ôter de notre lecture du ressenti le jugement, le raisonnement, les aprioris, les habitudes pour se laisser à lire la sensation du jour comme si c’était la première fois que nous la ressentions.

En laissant se vivre la sensation du jour sans tout ce qui pourrait la corrompre, on se donne l’opportunité d’être au plus juste de la réalité.

Le corps réalité

Le corps réalité part de l’idée que dans notre culture, le corps a perdu de son contenu pour ne devenir qu’une enveloppe. On résume le corps à l’image dans un miroir. Or le corps est mécanisme, énergie, il est vivant. Si on s’ouvre à apprendre à ressentir l’ensemble de la vivance corporelle, on ne voit plus son corps comme un simple outil amené à faire un geste mais bien l’outil indispensable à la justesse du geste technique. Le cerveau ne domine plus le corps, mais le corps et le cerveau fonctionnent ensemble en apportant chacun leur lot d’informations utiles à la réalisation du geste.

Oui, le négatif existe, mais en sophrologie, on choisit de mettre en avant le positif car prendre l’habitude de mettre en avant ce qui nous semble positif dans la réalisation des exercices permet d’apprendre à lire différemment son vécu, et donc d’avoir une optique constructive. Cela permet que chaque essai, chaque tentative soit une base pour la tentative d’après. Il n’y a jamais tout à jeter dans un geste.

Cette volonté de restructuration cognitive consiste à mettre les pensées positives en premier. Concrètement, lors de compte rendu personnel de fin de séance, on va demander à ce que l’on parle du positif en premier, parler ensuite du négatif si il y en a et toujours finir sur une note positive.

Si on prend l’habitude de lire sa séance de Sophrologie de cette manière, petit à petit, on prendra l’habitude de lire ses entraînements, ses compétitions, ses apprentissages, d’une manière positive et donc constructive.

La positivité est un moyen de donner envie de poursuivre sur le chemin que l’on s’est fixé.

L’instant présent

Être dans l'instant présent grâce à la sophrologie

Se basant sur le corps, la sophrologie débute son travail sur le présent. Effectivement, le ressenti ne peut être que dans l’instant présent. Lorsqu’on lève son bras, il y a le ressenti durant la montée du bras, la sensation pendant que le bras est levé, la sensation du bras qui descend et enfin la trace restante du mouvement une fois le bras baissé. Chaque étape de ce simple mouvement a offert un ressenti différent. La sensation dans mon bras, dans mon épaule, dans mon dos n’a pas été la même à chacune des étapes dans le mouvement comme dans l’immobilité et c’est parce qu’on a été attentif à être dans l’instant présent à chaque instant qu’on est capable de sentir la différence.

Repenser ses sensations habituelles grâce à la sophrologie

Si lorsque je fais le mouvement de lever le bras, je suis entrain de penser à quand je vais le descendre, ou encore ce que je vais manger ce soir, je ne suis pas en mesure de pouvoir sentir le mouvement de manière précise. Si je fais le mouvement en me référant à ce que je ressens d’habitude, ou mes aprioris, ou mon jugement, je fausse le ressenti, je ne suis plus dans l’instant présent, et donc je perds toutes les informations relatives à la seconde, à la minute dans lesquels je fais le mouvement. Or le geste est dans l’instant présent, jamais dans le passé, jamais dans le futur. L’important de l’instant présent dans la pratique de la sophrologie comme dans le sport permet une réalisation pleine de l’action.

C’est en s’appuyant sur ces principes que nous allons pouvoir utiliser la sophrologie dans le sport. Développer la capacité du sportif à savoir être attentif aux gestes, aux sensations dans la réalisation de sa technique va permettre de lui offrir la possibilité de s’approcher de l’excellence du geste. Ce qui lui ouvre la possibilité d’un apprentissage plus durable de la technique, plus pointue mais aussi plus personnel. Parce que seul lui pourra ressentir le mouvement dans son corps qui correspond à la technique recherchée. Cela donne la possibilité de pouvoir s’approprier une technique par le corps et pas seulement par l’intellect.

Une séance de Sophrologie portant sur le corporel

Scan corporel en sophrologie

La sophrologie dynamique est une technique relativement récente puisque datant des années 70. Elle s’appuie donc sur ce qui déjà existait Yoga, Bouddhisme Zen, Hypnose, Magnétisme, Relaxation, Psychologie Jungiennen Humaniste et Pratique énergétique de santé chinoise dans la sphère du Bien-être. C’est pourquoi en réalisant une séance de Sophrologie vous pourrez retrouver des exercices s’approchant de ces techniques.

Pour débuter une séance, on va décider de rentrer en séance. La volonté de participer pleinement à l’exercice est indispensable à la réussite de l’exercice. Si on part avec des aprioris, des inquiétudes ou un jugement déjà tout fait on va simplement s’empêcher de travailler. Pour profiter pleinement d’une séance de sophrologie, il faut accepter de poser son cerveau un instant. Il faudra ensuite faire ce qu’on t’indique de faire sans jugement ou analyse.

Début de votre séance

Le sophrologue va (par le biais d’un discours approprié) vous faire entrer dans une situation de relaxation. Le but étant de ralentir le rythme cardiaque, cérébral, on va se rapprocher d’une zone juste avant le sommeil. Cela permet de lâcher prise tout en ayant conscience de ce que l’on fait, de ce que l’on ressent. On s’accorde alors de pouvoir inter agir avec le cerveau alors qu’il a baissé toutes ses armes (jugement, analyse, raisonnement…). On s’ouvre le champs d’une lecture consciente du ressenti. C’est à ce moment là que l’on va pouvoir proposer des exercices se rapprochant du corps . Auto massage, respiration, mouvement souple vont permettre de se laisser à ressentir son corps.

L’objectif est de juste à ressentir, écouter, constater ce qui se passe aujourd’hui dans notre corps. On va apprendre à avoir une écoute attentive à soi-même. Et finalement, faire connaissance avec la vivance de notre corps. Après plusieurs séance de Sophrologie Dynamique, on pourra observer la facilité à rentrer en séance. Vous remarquerez votre capacité à être attentif aux sensations. Même les plus minimes sensations dans son corps seront perceptibles.

Améliorer sa proprioception

En développant sa capacité à se positionner dans un principe de phénoménologie, on va pouvoir améliorer sa proprioception. Elle est notre capacité à ressentir le mouvement. Notre lecture de notre corps deviendra plus pointue, ce qui nous permettra une meilleure analyse du geste réalisé et pouvoir trouver sa technique performante par rapport à soi.

En apprenant à se connaître de l’intérieur, on développe notre connaissance de nous même. En acceptant de se laisser à poser les jugements, les habitudes, on se donne la possibilité d’essayer différemment. On s’ouvre à de nouvelles choses, de nouveaux ressentis, de réduire ses limites « mentales ». Ce travail va vous offrir la possibilité de vous transcender.

Et finalement, le sport de haut niveau n’est il pas la recherche d’une transcendance.

Auteur : Delphine Poretto – Consultante Focus (https://www.daobysoandco.fr)